Skeuomorphisme, Flat Design, Material Design : de quoi s’agit-il ?

C’est bien connu : en matière de mode, les tendances se font, se défont, se succèdent et ne se ressemblent pas toujours. Le webdesign n’échappe pas à cette règle. Dans un paysage digital en constante évolution, il est parfois difficile de s’y retrouver. L’occasion de faire le point sur les principaux courants qui ont marqué ces dernières années.

Vous avez dit skeuomorphisme ?

Les aficionados de la marque à la pomme se souviennent sans doute avec nostalgie - ou non - du temps où l’application iBooks, destinée à la lecture de livres numériques, avait tout d’une bibliothèque en bois plus vraie que nature. À l’époque, les web designers d’Apple ne juraient que par un mot : le skeuomorphisme. Comme son nom ne l’indique pas, il désigne en réalité un concept simple. Construit à partir des termes grecs « skeuos » (« ornement, décoration, costume ») et « morphē » (« forme »), le skeuomorphisme est une forme de design qui entend reproduire graphiquement l’apparence que les éléments d’interface ont dans le monde physique le plus fidèlement possible. Longtemps mise à l’honneur par Steve Jobs qui, durant son mandat de PDG, en avait fait la marque de fabrique d’Apple, cette tendance a rencontré sa fin en 2013 sous l’impulsion de Tim Cook, actuel directeur général de l’entreprise. Avec le lancement d’iOS7, ce dernier a mis en marche une petite révolution en optant pour le Flat Design, reléguant ainsi le skeuomorphisme aux oubliettes

Flat Design : mettons les choses à plat

Le moins que l’on puisse dire, c’est que ce bouleversement graphique a fait parler de lui. Exit les effets glossy, les textures hyper détaillées et autres fioritures, place à la simplicité et au minimalisme extrêmes : de quoi piquer au vif les puristes de la Pomme, un tantinet conservateurs. D’autant que le Flat Design a été initié par Microsoft, concurrent principal de la firme, avec son système d’exploitation Windows 8. Mais plus concrètement, quelles sont ses caractéristiques ? Basé sur le principe du « less is more » (« le moins est le mieux »), un aphorisme emprunté à l’architecte allemand Ludwig Mies, le Flat Design consiste à créer des interfaces épurées au maximum en ne conservant que les éléments utiles. Son mot d’ordre : l’efficacité. Pour cela, il bannit les effets 3D - relief, profondeur… - et, c’est le cas de le dire, met les choses à plat. En jouant sur l’utilisation des couleurs, des typographies et des formes, il hiérarchise les contenus pour une navigation plus fluide et rapide. Si cette recette s’est imposée pendant un temps comme la coqueluche des web designers, elle semble aujourd’hui sur le point de se faire voler la vedette par le Material Design de Google.

Le Material Design, une tendance signée Google

C’est à l’occasion de son incontournable conférence annuelle I/O du 25 juin 2014 et du lancement d’Android Lollipop que la firme de Mountain View a dévoilé le Material Design, un ensemble de normes de design précises et codifiées dont le site Google Inbox est un bon exemple. Tout comme le Flat Design, celui-ci repose sur une approche minimaliste et fait largement usage des aplats de couleurs acidulées. Pour autant, il ne s’agit pas de les confondre. Là où le Flat Design présente les éléments sur un seul plan, le Material Design est quant à lui multidimensionnel : il prend en compte un axe Z. Grâce à l’utilisation des ombres portées, des animations et du mouvement, il cherche à abolir la frontière entre le monde physique et le monde digital en introduisant davantage de réalisme. En résulte une expérience utilisateur plus intuitive qui évite les problèmes d’affordance liés au Flat Design.

À présent que la lumière a été faite sur ces concepts plus ou moins obscurs, une dernière question se pose. Le Material Design va-t-il définitivement éclipser le Flat Design ? Seul l’avenir nous le dira. Pour l’heure, chacune de ces tendances présente ses propres points forts, ses inconvénients et ses disciples. Le Flat Design séduit par sa légèreté qui va de pair des temps de chargement minimes. Toutefois, sa grande simplicité peut être synonyme de monotonie. De son côté, le Material Design est plus complexe à mettre en place mais ses animations apportent indéniablement un aspect ludique dont les internautes sont friands. Et vous : Flat Design, Material Design, pour quelle approche avez-vous opté ?