Google Hands Free, le paiement mobile sans les mains

En septembre dernier, Google déployait son application de paiement mobile Android Pay aux Etats-Unis. Ce portefeuille mobile qui compte chaque mois 1,5 million de nouveaux utilisateurs permet d’enregistrer ses cartes de crédit, de débit et de fidélité et d’utiliser son smartphone comme moyen de paiement aux terminaux sans contact. Quelques mois plus tard, la firme de Mountain View entend déjà passer à la vitesse supérieure en introduisant le paiement... sans les mains ! Baptisé Google Hands Free (Google Mains Libres), ce système permet aux utilisateurs d’iOS et d’Android de payer leurs achats sans même sortir leur téléphone de leur poche. Pratique, quand on a les mains pleines !

Google Hands Free, comment ça fonctionne ?

Pour utiliser Google Hands Free, rien de bien compliqué. Il s'agit dans un premier temps d’installer l’application sur son smartphone - à noter que celle-ci est compatible à partir de Jelly Bean v4.2 pour Android et de l’iPhone 4S pour iOS - et de s’y créer un profil en renseignant ses initiales et les informations de sa carte de crédit ou de débit, sans oublier d’y ajouter sa photo. Si l’utilisateur se trouve dans un magasin équipé, son smartphone le détecte ensuite automatiquement grâce au Bluetooth, au WIFI et aux services de géolocalisation. La technologie NFC (Near Field Communication) n’est donc pas utilisée. Une fois en caisse, il lui suffit de dire “I want to pay with Google” (“Je veux payer avec Google”) pour régler sans avoir à présenter son téléphone ni sa carte bancaire. L’hôte(sse) de caisse vérifie alors son identité à partir de ses initiales et de la photo associée à son compte Google Hands Free. Dans quelques points de vente, ce processus est simplifié encore davantage : une caméra est installée et procède elle-même à la vérification par reconnaissance faciale en prenant une photo - immédiatement effacée, assure Google. Au cours du paiement, le numéro de carte bancaire n’est à aucun moment partagé avec le commerçant et une notification est envoyée à l’utilisateur lors de chaque transaction pour contrer les tentatives de fraude.

Actuellement en phase d’expérimentation, Hands Free est testé par une poignée d’enseignes McDonald’s et Papa John’s ainsi que quelques restaurants locaux dans la région de South Bay, à San Francisco. Pour encourager les utilisateurs, Google leur offre une réduction de 5 $ valable sur leur premier achat dans les enseignes participantes. La firme de Mountain View n’a pour l’heure pas encore déterminé si ce service serait à terme disponible en France, ni quand. Dans un pays où le paiement mobile peine à s’imposer, l’accueil pourrait bien ne pas être des plus chaleureux...

En France, le paiement mobile peine à convaincre

D’après une étude menée par Ipsos, si 88 % des français sont bel et bien conscients que leur smartphone peut être utilisé comme moyen de paiement, 82 % ne souhaitent pas en avoir la possibilité selon un sondage du CSA. En cause : de multiples freins. 79 % des sondés ne sont pas convaincus par la sécurité de ce système et craignent d’être davantage exposés au piratage et aux tentatives de fraude. Pour 75 % d’entre eux, le m-paiement est considéré comme un dispositif trop complexe qui requiert une maîtrise avancée de la technologie. Enfin, 67 % des personnes interrogées déplorent un réel manque d’informations à propos du paiement mobile.

En dépit de ces réticences, les banques et opérateurs téléphoniques sont de plus en plus nombreux dans l’Hexagone à prendre exemple sur les géants américains Google (Android Pay, Hands Free) et Apple (Apple Pay) et sur le fabricant sud-coréen Samsung (Samsung Pay) en lançant leur application de m-paiement sans contact. C’est le cas d’Orange avec Orange Cash, en place depuis octobre dernier. Basée sur le protocole NFC,  l’appli permet aux détenteurs d’un forfait mobile Orange, Sosh ou M6 Mobile, d’un smartphone et d’une SIM compatible NFC de régler leurs achats en magasin en présentant simplement leur téléphone au terminal de paiement sans contact, ou en ligne. Il leur faut pour cela créer un compte et le recharger régulièrement en y virant des fonds - un procédé qui engendre des frais de 0,79 € s’il est effectué par carte bancaire... BNP Paribas a également franchi le pas avec son service Kix, tout comme le Crédit Mutuel et le CIC avec m-carte, la Société Générale avec son Service de Paiement Mobile ou encore La Banque Postale avec l’appli Paiement Mobile Sans Contact.

Pour le moment, seuls 8 % des français auraient déjà effectué un paiement en magasin avec leur smartphone. Un chiffre qui sera peut-être revu à la hausse dans le courant de l’année 2016 lorsque le système de paiement mobile très attendu de la firme à la pomme, Apple Pay, sera officiellement lancé en France. Et vous, êtes-vous prêt à adopter le m-paiement ?