Baisse du reach Facebook : explication et solutions

Les community managers et autres aficionados des réseaux sociaux l'auront remarqué : la portée organique des pages entreprises ne cesse de diminuer sur Facebook. La visibilité des publications est en baisse. La home page de Facebook indique que ce réseau social est gratuit et qu'il le restera toujours, mais en est-il de même pour les marques ?

Le surplus de contenu et le manque d'espace publicitaire obligent Facebook à filtrer les fils d'actualité de chaque compte utilisateur dans le but de montrer les contenus les plus pertinents. Les développeurs de la firme de Palo Alto ont ainsi construit un algorithme connu sous le nom de EdgeRank qui analyse des centaines de signaux déterminant ladite pertinence des messages : âge de post, popularité du post (nombre d'interactions) et de son genre (statut, vidéo, photo)... Suite à ces actions, la diffusion des posts n'atteint plus que 10 voire 15% des fans.

Les entreprises paniquent face à cette baisse des statistiques mais oublient que Facebook reste une entreprise, cotée en bourse, qui souhaite monétiser son activité. C'est aussi le premier réseau social qui demande aux entreprises de payer pour atteindre ses objectifs commerciaux.

Une chose à ne pas faire : acheter de faux fans. Pour multiplier leur nombre, des entreprises font appel à des click farms, des sociétés situées en Asie qui sont rémunérées en créant des faux comptes, et donc des faux likes. Comme le démontre Dereck Muller dans cette vidéo, l'achat de "J'aime" risque plutôt de faire chuter la portée organique de votre page. De plus, le nombre de fans sera en hausse, mais les échanges et mentions "j'aime" sur les posts seront faibles. Cela montrera le manque d'authenticité de votre nombre de fans.

Une solution : payer Facebook pour promouvoir ses posts et sa page, et cela à partir de 5€. Contrairement aux click farms qui fausseront vos statistiques, les liens sponsorisés vous assureront un recrutement de fans adéquat avec votre cible et améliorera votre visibilité. Sinon, pour ne manquer aucune actualité de vos pages, il suffit de cliquer sur "ajouter aux listes d'intérêt" en haut de votre page, à droite. Vous serez ainsi sûr de ne rien manquer de vos centres d'intérêt.

Hormis le fait de payer pour avoir une apparition maximale sur les fils d'actualité, ce récent bouleversement va changer la donne en matière de community management. Facebook ne va plus être au centre des stratégies Social Media. D'autres réseaux tels que Twitter ou Pinterest vont pouvoir s'imposer. Le rôle du community manager va être reconsidéré. Il va aussi devenir un traffic manager. Il ne va plus être dans la course aux fans, mais dans l'amélioration des contenus qui permettront de générer plus d'échanges et d'engagement avec l'internaute.

Et vous, comment anticipez-vous la baisse de votre trafic sur Facebook ?